Omerta sur la toxicité hormonale?

Comment expliquer le silence de nombreuses femmes sur la toxicité hormonale?

Les auteurs d'un article  publié par Minerva en  avril 2015 pouvaient "conclure que  le rapport les effets indésirables observés dans les études cliniques est incomplet, subobtimal et fort hétérogène." De plus, les instances médicales boycottent la toxicité hormonale, 56% des femmes seraient sous informées, non informées des risques liés à la prescription de la contraception, elles s’attribuent  alors à elles-mêmes leur mauvaise santé, leur malaise.

Alors que la Commission européenne a interdit la viande traitée aux hormones, suite aux mises en garde d'un de ces  comités scientifiques, vis à vis de  cette viande car" Des effets endocriniens, immunologiques, neurobiologiques, génotoxiques et cancérigènes pourraient être envisagés."

Comment expliquer, hier comme aujourd’hui, l’autisme, le silence des endocrinologues, toxicologues, pharmacologues… sur la toxicité des hormones contraceptives prescrites à la femme,  hormones qui sont les mêmes  que celles données au bétail?

En 2013, trente femmes vont porter plainte contre la pilule contraceptive, suite à de graves accidents générés par la contraception hormonale.

 

Témoignage reçu d'une femme

"Je ne comprends pas bien pourquoi les femmes se laisse traiter comme du bétail, sous couvert de libération sexuelle"

 

                             Les stéroïdes anabolisants[ 6],

encore appelés androgéniques, sont des  molécules stéroïdiennes qui entraînent un accroissement des muscles, en font partie la testostérone, l’oestradiol, le diéthylstilboestrol, la progestérone, l’acétate de médroxyprogestérone…Ces stéroïdes sont donnés au bétail comme hormone de croissance. En mai 2000, la Commission européenne propose d’interdire l’hormone de croissance du bétail à base de 17 β oestradiol et de médroxyprogestérone acétate comme présentant un risque pour la santé du consommateur.

La revue Prescrire, en 1998[7], révèle le lien entre la stérilité masculine et les stéroïdes anabolisants. Les troubles de la stérilité peuvent se régler quelques mois après l'arrêt de la prise d'anabolisants. Il existe,  cependant, des cas de stérilité persistant une ou plusieurs années après arrêt de ceux-ci. Cette  stérilité induite,  par un anabolisant contraceptif comme la testostérone,  est tout à fait comparable à l’infertilité induite par la contraception estroprogestative. Cette stérilité masculine  peut être due à une diminution ou une absence du sperme, à des anomalies de la morphologie et de la motilité des spermatozoïdes, à des changements dans les tubes séminifères.

Il est intéressant de connaître l'étude de S. Swan publiée par Human Reprodiucton le 28 mars 2007 qui suggère que la consommation maternelle  durant la grossesse de "viandes aux hormones "aura un impact négatif sur la fertilité future des enfants mâles.

La contraception hormonale est, demeure une contraception difficile

Pour le médecin, particulièrement chez les adolescentes, les femmes  affectées de thrombophilie, de diabète, d'ovaires polykystiques, d'endométriose, d'hypertension, d'hypercholestérolémie..... et chez les femmes sous la prise de certains médicaments comme les antiépileptiques, les anticoagulants, les corticoïdes, les immunosuppresseurs...

 

 

 

 



 

 

[1]  J'ai le syndrome du colon irritable depuis bientôt 1 an et demi et mon problème était surtout de la constipation et des douleurs abdominales très fortes. Mais voila que depuis novembre tout s'est empiré et c'est vraiment handicapant. Par contre, je me suis aperçue que depuis octobre j’ai commencé la pilule contraceptive diane 35. Je ne sais donc pas si mes crises sont amplifiées dues a cette pilule ou seulement dues au stress qui est plus fort depuis le début de l'année scolaire. Avez-vous déjà vu un lien entre des crises plus fortes depuis la prise d'une pilule contraceptive? Forum doctissimo le 01.03.2007 à 20.09

[2] forum doctissimo Posté le 20-07-2007 à 12:31:53j'ai pris Diane 35 depuis 7 ans mais il y a 3 ans j'ai commencé à avoir un point douloureux sous les cotes à droite et cela apparaissait au moment des règles pour parfois durer encore qqs jours après. Depuis cette douleur est quasi tjs là au moment de mes règles, j'ai fait des écho rien d'anormal, médecin pense donc à une colopathie fonctionnelle, cpt je suis sceptique car cette douleur coté droit est lié uniquement à mon cycle hormonal. Il y a qqs mois j'ai arrêté ma pilule et la douleur a peu à peu disparu, il y a un mois j'ai du reprendre ma pilule (tjs diane) et à nouveau très fortes douleurs dans le ventre au moment des règles.

[3] Pettiti D. B. Gastroenterologie; 1988  jan. 94 (1) 92-5

[4] Neurology 1998; 51:411-418

[5]Hanneford B.M.J. 2010, 340, C 927

[6] Il est connu que certaines athlètes prennent une double dose de la pilule contraceptive,  pour augmenter leur force musculaire. La northestostérone, un progestatif de 1° génération, donnant, en effet,  un métabolite voisin des stéroïdes androgéniques, peut expliquer la prise de la pilule par certaines athlètes. Curieusement des doses élevées de progestérone sont autorisées pour doper le corps des athlètes féminines, alors que le dopage des athlètes masculins par la testostérone n’est pas accepté ! 

[7] Prescrire 1998 ,3. Octobre : page : 677