Comment expliquer autrement l'augmentation du tabagisme dû  à la pilule ?

 

Les études mentionnées plus haut soulignent que les hormones contraceptives augmentent non seulement le nombre des fumeuses (RR 1,16 à 1,4) mais aussi chez ces dernières un tabagisme deux  à trois fois plus important.

De plus il est intéressant  de connaître l'étude concernant les comportements de santé, étude   qui a été effectuée en Allemagne entre 2003 et 2006 , par Du Y, chez des adolescentes. L'utilisation de la contraception hormonale a été évaluée chez 2085 adolescentes de 13 à 17 ans. Par rapport aux non utilisatrices de la contraception hormonale, cette dernière a été fortement associée au tabagisme( RR3,4) indépendamment des facteurs sociodémographiques.(J Adolesc health 2011 avril;48:331-7)  Cette étude, en outre, fait le constat  que ces adolescentes fumeuses et sous pilule cumulent un risque cardiovasculaire !

Pour nous, Les femmes sous hormones contraceptives  subiront un stress qui initiera   un  tabagisme plus important  chez un nombre plus élevé parmi elles par rapport aux femmes qui ne sont pas sous hormones.

. Le stress peut être dû  à une contrainte sociale, mentale, physique, celle-ci peut être mineure ou importante. Avec la contraception hormonale, prise durant des années la contrainte physique est importante, le stress est permanent.

Quant à la contrainte sociale, elle existe bien, en effet, en 2008, le ministère de la santé française a lancé une campagne pour une contraception diversifiée, car son usage peut être vécu et interprété de la part des femmes comme un choix personnel et autonome mais,  peut  aussi être évalué comme contraignant, voire vécu négativement. Pour John Mason, le stress psychologique induit par la contrainte sociale serait, quant à ces conséquences,  aussi important que le stress physique.

Le stress peut induire des réactions comportementales tels que : l’addiction à l’alcool, au tabac, aux drogues, des troubles alimentaires, de l’obésité… Les pilules progestatives peuvent augmenter le poids. La nicotine du tabac agirait en augmentant la dopamine et la sérotonine, il en résulterait une diminution de l'appétit, du poids. La femme fume alors pour se prémunir de l’obésité.

Au niveau psychologique, on sait que le stress peut induire dépression, anxiété, irritabilité….La dépression est un effet secondaire de la pilule, inscrit dans la notice pharmaceutique,  en tant que telle, elle est associée au tabagisme ([9).  Selon le psychiatre Brian Bexton, il y a effectivement un lien à faire entre la cigarette et la dépression. Au cours de la dépression, il y a une baisse de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine. Cette dernière, la dopamine, est un neurotransmetteur impliqué dans le plaisir et la concentration et il s’avère que la consommation de nicotine permet justement d’augmenter rapidement les niveaux de dopamine à l’intérieur du cerveau.[10]

Selon la gynécologue E. Gran« Il s’est produit une énorme élévation des prescriptions d’antidépresseurs et de tranquillisants chez les jeunes femmes depuis que le tabac et la pilule ont été banalisé. »[11]

Au niveau physique,  le stress peut induire : insomnie, migraine, hypertension artérielle, allergies. Or,  la pilule peut provoquer des allergies alimentaires, des rhinites allergiques, alors certaines femmes pourront s'adonner au tabac ou à l'alcool.[12]La contraception estroprogestative, comme indiqué dans la notice, peut provoquer de l'hypertension, de la migraine et la plupart des femmes disent fumer pour apaiser ces symptômes.

L’endocrinologue, Hans Selye, inventeur de la théorie du stress, publia, en 1956, le stress de la vie. Il est le premier à avoir établi un lien entre maladie et stress. Ses travaux visaient à comprendre le rôle du système hypothalamus- hypophysaire-surrénalien dans les réactions du stress. Le corps répond au stress par une augmentation des hormones du stress  qui y sont liées : cortisol, adrénaline, ACTH, c’est précisément ce que font les hormones contraceptives, en perturbant le système endocrinien, ces hormones sont augmentées.  Selon Hans Selye, quand l’organisme est soumis de manière prolongée à une situation stressante, il y a une dérégulation de plusieurs systèmes physiologiques, entraînant : dépression de l’immunité, hypertension, athérosclérose, infarctus du myocarde, constipation, colite, ulcère, arthrites rhumatisantes, diabète, obésité, dépression, anorexie mentale, troubles anxieux, irritabilité. Comme la pilule, prise durant des années, a pour vocation d’induire une dérégulation de plusieurs systèmes physiologiques, on peut conclure à juste titre que  LA PILULE EST donc bien UN STRESS MAJEUR POUR LA FEMME, en conséquence, elle est capable d’initier ou de maintenir plus durablement un comportement lié au tabagisme chez la jeune femme, si bien que l’on peut affirmer que si elle veut arrêter de fumer plus facilement, il faudrait nécessairement qu’elle laisse tomber la pilule !

 

Le sevrage du tabagisme

Après sevrage, la femme pourra grossir, être nerveuse, migraineuse, …Alors que la pilule est contre indiquée par l’OMS chez la femme qui fume plus de 15 cigarettes/ jour, certains gynécologues prescripteurs de la pilule préconisent même à des femmes de continuer à fumer pour éviter l'effet rebond du sevrage!

Comme pour la pilule, arrêter de fumer à n’importe quel âge a des influences bénéfiques sur la santé,  le plus tôt est évidemment le mieux.

Pourquoi  pas Le jeûne?

Une intoxication au tabac, répond très bien à un jeûne thérapeutique [13] Une statistique de la clinique Buchinger confirme  qu’après un jeûne : près de 50% des fumeurs ont arrêté complètement, plus de 45% ont diminué fortement leur consommation, et moins de 5% ont continué de fumer comme avant.[14]

C'est quand même étonnant que les tabacologues, ces spécialistes du sevrage du tabac, ne préconisent pas le jeûne à leurs patients! Il est intéressant de savoir que les ex fumeurs boivent moins des boissons alcooliques, on peut  donc conclure que pour moins boire, il faudrait arrêter de fumer.

Le sevrage par les médicaments comme la varénicline, la bupropione est  à écarter en cas de grossesse ou non(Prescrire mars 2015 ;377 p:205)

 Champix, à base de varénicline, qui a la faveur des tabacologues malgré ses effets secondaires dangereux, fut l'objet de procès en cascade!