Le tabac, le petit frère de la pilule?

 

Tabagisme  et Infertilité

 Un délai de conception est observé chez les fumeuses. La méta analyse d’Augood donne une augmentation significative  du délai de conception de plus d’un an de1,42.[15]Il varierait de 1 an à 3 ans ou plus[16] [17], mais serait plus court que celui de la pilule. Le taux de grossesse à un an serait diminué de 15 %. Les données actuelles estiment que 13 % des cas d'infertilité seraient attribuables au tabagisme.

La fécondabilité des non-fumeuses est 1, mais pour les fumeurs et fumeuses de 20 cigarettes / jour, elle est de 0,7! Le risque relatif d'infertilité, pour un tabagisme supérieur à 1 an est 1,54. [18]Comme la pilule, le tabac altère à long terme la réserve ovarienne (diminution du nombre d’ovocytes restant disponibles pour les ovulations) et avance ainsi la ménopause précoce de 1,3 à 2 ans (RR 1.6). L’effet sur la réserve ovarienne est liée à la durée du tabagisme et est irréversible pour les jeunes femmes qui ont commencé à fumer avant 18 ans.

Le Dr. Mc. Bennetta, gynécologue, dans son livre : « Enceinte à 40 ans. » met en garde la femme qui a fumé. Elle lui dit : « Le tabagisme chronique (…) a une influence sur votre système cardio-vasculaire. Certaines (femmes) préfèrent fumer (…) Leurs vaisseaux s’encrassent insidieusement, les artérioles durcissent, rétrécissent et perdent leur élasticité. Des artérioles non rétrécies par l’usage du tabac, assurent de bons rapports avec le placenta (…), une bonne croissance foetale et moins de complications hémorragiques au moment de l’accouchement. (….) Des artères rétrécies, encrassées, condamnent la greffe de l’œuf. »

Nous remercions la gynécologue de confirmer ce que nous avons dit en amont,  sur la sténose des artères et des artérioles due à la pilule.

Si la femme fume durant la grossesse, son risque de stérilité est majoré, étant donné qu’à la sténose artérielle s’ajoute la diminution en oxygène dans le sang, cet oxygène est remplacé en partie par le monoxyde de carbone provenant de la fumée du tabac.

Chez la femme qui fume durant la grossesse, on observe une augmentation, des fausses couches (RR 1,9 à 3,4), de prématurités (< 37 semaines) (RR 1,8), de retard de croissance intra-utérine, de petit poids à la naissance (< 2,5 kg) (RR 2,7), de placenta praevia (RR 1,3), de décollement placentaire, d'une mortalité périnatale, des malformations du nouveau né[19].

Le tabac, créerait un délai d’ovulation, diminuerait la contractilité tubaire, ce qui pourrait expliquer les grossesses extra-utérines (RR2,4). Si à l’arrêt du tabagisme, les séquelles biologiques ne sont pas réparées, on doit s’attendre à une augmentation de grossesses extra-utérines bien que la femme ait  arrêté de fumer.

Le tabagisme pris durant la grossesse est à mettre en parallèle avec la contraception hormonale prise durant la grossesse : on observe la même toxicité (voir chapitre « Dénis de grossesse »).

Les couples qui fument ont moins de chance de répondre au traitement de l’infertilité, les chances d’implantation seraient diminuées de moitié.

Le tabac expose aussi l’homme à  une infertilité, , une andropause  précoce.

Le tabac, comme la contraception hormonale, favorise largement mais moins rapidement, des processus de vieillissement irréversibles, associé à la pilule, il   potentialisera son infertilité.

 Chez des femmes suivies pour infertilité, Hughes[20] a évalué à 47% seulement les femmes ayant connaissance d’un effet délétère du tabac sur la fertilité et seulement 30% des femmes avaient été informée par leur médecin de cet effet.

 

Tabagisme et les Cancers

 Le cancer du poumon se situe au 3° rang des cancers de la femme, après le cancer du sein et  colorectal, son  taux d'incidence estimé était, en 2012 de 18,6 cas par an pour 100.000 femmes françaises, soit 12.000 cas en France métropolitaine. La cigarette est surtout associée au cancer du poumon et de la gorge.

Mais les produits de la combustion du tabac ressemblent énormément aux hormones féminines, c'est un estrogène-like, c'est pourquoi il augmente le risque de cancer du sein, du col de l'utérus, de l'endométriose.

La consommation de tabac augmente les risques de développer un cancer du sein de16%. Mais l'exposition passive au tabac augmente quasiment autant ce risque (10%) et commencer à fumer entre 16 et 26 ans accroît le risque de22%!(L. Dossus EPIC cohort. Int J Cancer avril 2014 vol.134(8):1871-88)

Le Dr Henry Suchet dénonce une endométriose plus sévère liée au tabac[21]. De même, l’étude, publiée en septembre 2004, par Human Reprod [22]associe l’endométriose au tabac.

Le tabac augmente le risque de  cancer du col de l'utérus (RR 2) [23] significativement. Mais avec la contraception orale, le risque est plus élevé. L’incidence des cancers du col dans l’étude de Walnut Greek est de 14 cancers pour les fumeuses et de 37 chez les femmes sous contraception hormonale [24]. Il faudra attendre 5 à 10 ans pour une diminution du risque cancéreux. [25]

 

Tabagisme et affections cardio-vasculaires

Comme la contraception hormonale le tabac augmente le risque d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, d’un déséquilibre de la stase sanguine, de phlébites: (risque relatif pour les anciens fumeurs 1,1 à 1,17) de diabète.

Pour la femme de 20 à 35 ans, le risque cardio-vasculaire que l’on peut attribuer au tabac serait de 1,5[26] alors que le risque que l’on peut attribuer à la contraception hormonale est de 5,1[27].

La médecine dit souvent aux femmes que si l’on ne fume pas, la pilule est sans danger. La plupart des morts vasculaires prématurées surviennent après 1 à 6 ans de prise de contraception hormonale, un délai plus court que pour le tabac. Le risque de décès cardio-vasculaire serait multiplié par 2 chez les fumeuses, par 3 chez les femmes sous pilule, par 10 chez les femmes la  prenant et fumant[ 28].

Le tabac initie aussi des pathologies vasculaires comme l'hypertension, l'insuffisance rénale chronique...

 

Le tabac et le système endocrinien

Le tabac comme la pilule perturbe le système endocrinien. Les règles sont rares avec le tabagisme (risque relatif 2 à 3), les cycles menstruels sont plus courts avec le tabagisme (risque relatif 3,8) mais ces perturbations sont ignorées chez la femme qui prend la pilule. Il y a une augmentation du risque du diabète de type 2, de l’acné, de la chute des cheveux, de l’ostéoporose.

 

Le tabac et les infections, les maladies inflammatoires pelviennes

Le tabac, comme la contraception hormonale, augmente le risque d’infections pelviennes, (RR1, 7) des cervicites, d’infertilité tubaire [29], des cystites récidivantes.

 En chirurgie le tabagisme est associé à un risque accru, d’infection lors d'une opération (RR2  à 3,5. On observe plus d’endométrite après césarienne.

 

Le tabac et les  affections auto-immunes

 Le tabac, comme la contraception hormonale, augmente le risque de lupus érythémateux systémique (RR 1,5), d’asthme, de maladie de Crohn (RR2), de la sclérose en plaques (RR 1,2 à 1,5) …

  • Commentaires :  Hans Selye, endocrinologue, a décrit que "des individus pouvaient résister durant de longues périodes, au stress avant que leur mécanisme de résistance ne s’effondre et qu’ils tombent malades. La période de résistance de tabac semble être de 20 à 25 ans, mais de quelques années seulement pour la contraception hormonale. Ceci suggère fortement qu’elle est plus nuisible à la santé de la femme  que le tabac. "[30]