Les grossesses pathologiques

 Les facteurs d’une grossesse à risque sont nombreux et les antécédents d'hypertension, de thrombophilie, d'infections vaginales, cervicales, urinaires, d’affection auto-immunes,  de maladies du système endocrinien … seront source de grossesse extra- utérine, de fausses couches, de prématurés, de prééclampsie…Les chapitres précédents nous ont fait découvrir combien la contraception artificielle, hormonale est liée à tous ces facteurs.

La toxicité provoquée par la contraception pourra dans une certaine mesure être réparée avec le temps, par le  corps de la femme ou par la médecine, mais il pourra toujours rester  pour certaines femmes des séquelles irréductibles  comme l’athérosclérose, la diminution des ovocytes, une ménopause précoce….

 

Dans ce chapitre nous étudierons :

 La grossesse extra utérine   qui  est plus fréquente avec la pilule du lendemain  et  le stérilet.

Avec Les fausses couches nous soulignerons l’induction par la contraception hormonale des Aberrations chromosomiques qui seront éventuellement  une source de fausses couches ou de Malformations congénitales.

Pour La naissance prématurée  nous poserons la question : La pilule, le stérilet sont-ils à l’origine des naissances prématurées?

Le placenta abruptio  qui est une séparation prématurée du placenta de l'utérus.  et  Le placenta praevia qui  est une localisation anormale du placenta  responsable d’hémorragie.

La prééclampsie ou hypertension artérielle gravide La prééclampsie est associée à une augmentation importante d'une délivrance prématurée, à  des morts fœtales, périnatales, à des fausses couches récurrentes,[1]au placenta abrupto. Les femmes qui  ont prise durant 8 ans ou plus, la contraception estroprogestative ont un risque de prééclampsie doublé[2].

Les tumeurs malignes de la gestation

Avec Médication lors de la grossesse nous distinguons, l’automédication lors de la grossesse de la prescription médicamenteuse lors de celle-ci.

Accouchement par césarienne, toujours utile? Question justifiée, car toute cicatrice sur l’utérus limite les chances d’une grossesse ultérieure.



[1] Eur, J. obst. Gyn. Rep. Biol. 2005, 118 (1) - 61

[2] Contraception 1999 sept 60 (3) 145-50