La pré-éclampsie ou hypertension artérielle gravide

 

La contraception hormonale augmente-elle la pré-éclampsie?

La pilule provoquerait 5% d’hypertension, dans la population traitée.

L'intervalle de temps, entre le début de la prise de la pilule et la manifestation de l'hypertension, varie de 6 à 8 semaines à 5 ans.

Même faiblement dosée en estrogène, elle augmente significativement le risque de développer une hypertension. [1] .

La pilule est associée à l'hypertension, aux dyslipidémies et à la résistance à l'insuline, les quelles caractérisent tous les troubles hypertensifs de la grossesse.

Le degré d'hypertension avec la prise de la pilule va d'une augmentation légèrement significative de la tension à l'hypertension maligne avec une insuffisance rénale irréversible.(2)


Cette hypertension n'est pas toujours réversible, selon l'étude de  Gimdt. Cet auteur est en désaccord avec la suggestion que l'hypertension générée par la pilule soit habituellement, toujours réversible après son arrêt.[3]

L'étude d'Oparil S, publiée en 1981 par le J Cardiovasc  Med April 6 (4) 381:384-7, a la même conclusion : l'hypertension générée par la pilule n'est pas toujours réversible chez certaines femmes.

Si la femme arrête la pilule dans le but de concevoir un enfant, un délai soit de quelques jours, soit 6 à 8  mois sera nécessaire pour se débarrasser de l’hypertension iatrogène induite par la  pilule... or toutes les femmes n’ont pas l’occasion de ce délai, en effet, environ 50% d’entre elles auront une conception non programmée.

 Selon l'étude de Thandani R publiée en 1999 par Contraception les femmes, qui ont pris  durant 8 ans ou plus avant la grossesse la contraception estroprogestative, ont un risque de pré-éclampsie doublé (RR2,1), celles qui l'ont prise durant deux, il y a une augmentation de 30% de pré-éclampsie (RR1,3).[4]

La pilule est vraiment contre indiquée chez la femme qui fait une hypertension artérielle ou qui a fait une hypertension durant sa grossesse!

La contraception à base uniquement de progestatifs de synthèse et les implants au Lévonorgestrel ont été associés significativement à une augmentation de l’hypertension.[5]

Avec Lévonorgestrel injectable, un progestatif de synthèse, le risque relatif d’hypertension est de 1,81, soit une augmentation de 81%.[6]

La pré-éclampsie et la grossesse

La pré-éclampsie est associée à une augmentation importante d'une délivrance prématurée, à  des morts fœtales, périnatales, à des fausses couches récurrentes,[7]au placenta abrupto, lequel est une séparation prématurée du placenta de l'utérus,

La pré-éclampsie est aussi  associée à une hémorragie après accouchement, source de morbidité et de mortalité maternelle.

Définition

La pré-éclampsie est une hypertension induite par la grossesse, elle peut conduire à l'éclampsie caractérisée par des convulsions, le coma. Chez les femmes qui ont eu une éclampsie, le risque de pré-éclampsie est augmenté.

La pré-éclampsie survient chez la femme enceinte la 2ème moitié de la grossesse, elle trouve son origine dans les troubles du placenta. Elle est la première cause de mortalité maternelle dans les pays développés. Elle est certainement le principal problème en obstétrique, elle concerne 10% des grossesses.

L'origine de la pré-éclampsie est inconnue. Cependant, cette pathologie semble impliquer des vaisseaux sanguins et des capillaires du placenta. Il y aurait un dysfonctionnement endothélial responsable d’une augmentation des vasoconstricteurs (thromboxane) et d’une diminution des vasodilatateurs (prostacycline) créant une vasoconstriction générale. Le placenta deviendrait insuffisant aux besoins du fœtus et demeure dangereux pour la mère. L'ischémie résultante constituerait le substrat pour l'hypertension de grossesse.

Les facteurs de risque

L’hypertension artérielle préexistante, le diabète préexistant (RR3),on sait que la pilule peut induire chez un(e)diabétique une affection rénale source d'hypertension, l’excès d'insuline, la dyslipidémie, l’obésité, la thrombophilie, un défaut de l'hémostase[8], le purpura thrombocytopénique[9], la maladie chronique vasculaire[10], rénale, l'hyperhomocystéinémie due à un déficit en acide folique, notons que la pilule est liée aux facteurs énoncés en amont. La drépanocytose,ne pas être mère (la nulliparité)...

Le traitement de la pré-éclampsie

Il n'est pas évident qu'un traitement efficace de l'hypertension diminue les risques d'évolution de la pré-éclampsie vers l'éclampsie; de plus les antihypertenseurs, tels les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine, exposent à des risques graves fœtaux et néonataux quand ils sont administrés aux 2èmeet 3èmetrimestre de la grossesse.[11]Le traitement anti-hypertenseur, en fait, n’a aucune influence sur la morbidité et la mortalité néonatale. La mortalité périnatale se situerait de 8 à 15%.

A titre préventif ou de traitement, le régime hyposodé, le régime végétarien peut aider à diminuer la tension artérielle.[12]Le magnésium, calcium, la vitamine C, E…

 


[1] J. hypertens. 1997, 15 oct. (10) 1063-8

[2] Med Klin 1974 Dec 13; 69 (50)2042-50

[3] Fort.  Schr. Med. 1978 feb 16, 96 (7) 327-32

[4] Contraception 1999 sept 60 (3) 145-50

[5] Drug Safety 2003 ; 26-25, p. 319.

[6] Contraception 2002; 65:1-2.

[7] Eur, J. obst. Gyn. Rep. Biol. 2005, 118 (1) - 61

[8] Am. J. obs. Gynécol 1989; 160, 100

[9] Br. J. obstet gynécol 1972; 79; 883

[10] Am. J. obstet gynécol 1985; 151, 661

[11] Prescrire. 2009, 29 (304) 103

[12] J. Am.  Diet Assoc.  2009 ;103 :1266-82