L’importance de la durée d'infécondité dans l'appréciation de la fertilité du couple

La fertilité probable d'un couple baisse avec la durée d'infécondité écoulée et le temps sélectionne les couples les moins fertiles. D. Schwartz[1] a pu calculer sur une population comprenant des couples fertiles et 5 % de couples infertiles avec une fécondabilité de 25 % que:

Sur 100 couples encore inféconds au bout de 1 an 35 sont stériles et 65 autres hypofertiles c'est-à-dire avec des chances réelles mais moindres de procréer naturellement;

Sur 100 couples encore inféconds au bout de 2 ans, 65 sont stériles et 35 autres hypofertiles;

Sur 100 couples encore inféconds au bout de 3 ans, 81 sont stériles et 19 autres hypofertiles;

Sur 100 couples encore inféconds au bout de 4 ans, 89 sont stériles et 11 autres hypofertiles (tableau 1). Soulignons que le modèle proposé par Schwartz est indépendant de l’âge de la femme.

 

Temps écoulé en années

Probabilité qu'un couple soit stérile (%)

Probabilité qu'un couple soit hypofertile (%)

1

35

65

2

65

35

3

81

19

4

89

11

Tableau 1

 



2 Population 1981, 2, 237-250