Les tumeurs, les affections chroniques du foie 

Les affections chroniques du foie peuvent affecter la fertilité[1], or la pilule est associée à ces affections tels les jaunisses, la stéatose hépatique, la cirrhose, les lésions hépatiques, la thrombose de la veine (RR 2,37) ou de l'artère hépatique[2].

La thérapie par Le jeûne est conseillée par  le Dr F.  Wilhelmin de Toledo[3] pour les affections chroniques du foie.

 

Les tumeurs bénignes du foie et la contraception hormonale

La  contraception hormonale a tendance à ralentir d'un tiers au moins l'action des principales enzymes de détoxication du foie, qui agissent sur les carcinogènes du foie, les modifications causées au foie par la contraception, signifient que les mutagènes et les carcinogènes seront moins facilement détoxiqués durant ou après prise de celle-ci.

Les tumeurs bénignes sont rares  mais elles peuvent dégénérer en maligne et sont dangereuses car leur rupture peut provoquer des hémorragies fatales.[4]L’hyperplasie focale nodulaire (HFN) est une tumeur bénigne du foie, 10 fois plus fréquente que l’adénome hépatho cellulaire,  généralement sans des symptômes, mais des douleurs sont possibles en cas d’une  tumeur volumineuse.  Elle est souvent associée à une malformation vasculaire ce qui représente un risque hémorragique.

 La pilule est une contre- indication absolue en présence de tumeurs hépatiques bénignes ou malignes. En 1984, l'étude de la Vecchia montra, qu'après cinq ans de prise de la  pilule, le risque relatif de cancer du foie est de 1,8 et de 8,3 au-delà de cinq ans de sa prise.

L’adénome hépato cellulaire est aussi une tumeur bénigne, son risque augmente déjà après un an de contraception hormonale. [5] L’arrêt de la prise des hormones entraînerait lentement une diminution de la tumeur dans un cas sur cinq. Il est aussi à l’origine de graves  hémorragies.

 Durant la grossesse, des hémorragies et des ruptures spontanées du foie ont été attribuées à la pilule, car la grossesse peut prédisposer à l’hémorragie et à la rupture de la tumeur, par stimulation de l’activité cellulaire.[6]

Tumeur maligne du foie et contraception hormonale

Une méta-analyse de Schlesselman regroupant 7 études entre 1986 et 1993 retient un risque relatif de 1,91 à 4 ans de prise de pilule, 3,06 à 8 ans et 4,12 à 12 ans.(Obstet Gynecol 1995; 85, 793-801)

L'étude de Contraception  1997; 56: 274-84 trouve un RR de 2,8.

Pour en savoir plus

 

Témoignages

« On m'a découvert "une hyperplasie focale nodulaire" (deux boules au foie) que je dois désormais surveiller tous les ans, les 3 spécialistes que j'ai consulté ont tous été unanimes : la faute aux hormones et à la pilule, et ils m'ont tous dit que de nombreuses femmes en souffraient. Le remède qu'ils m'ont proposé : arrêt de contraceptif avec hormones à vie !  La pilule est aussi un énorme gain économique pour les industries pharmaceutiques, ne l'oublions pas, les gynécologues nous la proposent automatiquement, mais ayons un peu d'esprit critique. Les femmes ont peut-être aussi le droit à bénéficier d'un contraceptif plus naturel... » Lepoint.fr commentaire 18.03.2011à9.53

 

« J'ai 23 ans et on m'a diagnostiqué une HFN (…)  Mon médecin généraliste est sûr à 100% que tout est causé par l'HFN qui a fort probablement été causé par la prise de contraceptif oraux depuis les 6 dernières années pour soigner mon SOPK. J'ai arrêté de la prendre!!! » AU FEMININ.BE  16.04.2011 à 11.56

 

« Pour ma part, on m'a décelé une HFN de 6x5cm en décembre 06 + des kystes  J'ai aussi du arrêter immédiatement la pilule (Stédiril) et tout traitement hormonal m'est contre indiqué (..) Le médecin  m'a mise en garde pour une grossesse (je n'ai pas encore d'enfant), il me dit qu'avec la grossesse, il y a risque d'éclatement et d'hémorragie de la tumeur, à cause de la pression que fait le bébé sur les organes internes. » Forum.e- santé.fr 20.06.2005 à 11.59

 



[1] Med. Clin. North Am. 1998, Jan.  82 (1); 51-75

[2] Semin. Liver Dis. 1981 may. 1 (2): 116-28.

[3] L’art de jeûner Eds Jouvence p : 69

[4] Firme  pharmaceutique. Orthonovum 1999 Medicon

[5] Dr. Mathieu  hôpital Henri Mondor, Crétel

[6] Drug Safety  in pregnancy ; Elsevier  Ed. Folb Dukes p:278